Le régulateur français place le règlement ICO sur la liste des priorités pour 2018

publicité Phemex

Contrairement à ses homologues lourds comme la Chine, la Russie ou même les États-Unis, le gouvernement français semble s’orienter vers la régulation des ICO. Le Trésor français a reconnu le risque relatif à ICO mais soutient que cette situation justifie la nécessité d’un cadre réglementaire qui puisse équilibrer l’innovation et les investissements toxiques.

Les Français discutent des ICO dans le cadre de leur rapport annuel au Parlement

Lorsque Robert Ophèle, Président de l’Autorité des marchés financiers (AMF), a présenté le rapport annuel 2017 de l’AMF à la commission des finances de l’Assemblée nationale en dernier, il en a profité pour aborder un large éventail de sujets dont la Loi PACT et ICO‘S. L’AMF a également annoncé une priorité pour 2018;

«… Continuer à réfléchir aux évolutions du cadre réglementaire face aux nouvelles offres, notamment les Initial Coin Offerings (ICO), et à promouvoir au niveau européen l’approche de l’innovation du régulateur français.»

Selon le Rapport annuel de l’AMF, l’agence a entrepris un travail «approfondi» sur la blockchain et les ICO;

»… Ces travaux – qui ont notamment abouti à une consultation publique de l’AMF fin 2017 sur les différentes options de gestion des ICO – ont pour objectif de faire évoluer le cadre réglementaire français et d’alimenter des groupes de travail européens et internationaux sur ces sujets. “

«En parallèle, considérant que certaines formes d’ICO pourraient à l’avenir constituer un mode alternatif de financement d’un segment de l’économie en lien avec la technologie blockchain, l’AMF a lancé un programme d’accompagnement et de recherche des ICO. Appelé LICORNE (Universal Node to ICO’s Research & Network), ce programme vise à fournir aux porteurs de projets un cadre pour développer leurs opérations et à assurer la protection des acteurs et investisseurs souhaitant participer.

«L’AMF s’est également fixé comme objectif d’encourager la recherche académique sur ce sujet. Dans le même temps, en collaboration avec le ACPR, il a également mené des campagnes de sensibilisation pour identifier les des risques associé à ce type d’investissement ou d’investissements en bitcoins pour des clients peu méfiants. »

Lisez aussi: Nishiawakura Village va lancer la première ICO municipale du Japon

Rapport annuel français confirmant les réponses du document de consultation de l’OIC

La consultation sur la régulation des ICO lancée par l’AMF l’année dernière en octobre 2017 avait éclairci l’agenda de ce gouvernement français qui avait publiquement déclaré son intérêt à devenir une juridiction de préférence ICO. En mars, un reportage dans les médias français déclarait que la France cherche à devenir la «la Capitale des ICO.”

Le document de consultation visait à clarifier la manière dont la France peut mieux réglementer les ICO. L’Autorité a inscrit trois options dans le document de consultation. Premièrement, le régulateur a suggéré de produire quelques bonnes pratiques que les acteurs du marché doivent respecter. Deuxièmement, le AMF a proposé d’étendre le champ d’application de la réglementation existante pour traiter les ICO comme des offres publiques de valeurs mobilières. Troisièmement, l’AMF a proposé de développer un modèle réglementaire spécifique et adapté avec le lancement d’une licence.


L’Autorité a reçu 82 réponses au total. La majorité des répondants ont opté pour un cadre réglementaire spécifique et adapté et pour que cette nouvelle réglementation soit rendue facultative.

Les répondants ont unanimement estimé qu’un document d’information est nécessaire pour informer les acheteurs de jetons et qu’il devrait inclure, au minimum, informations sur: Le projet lié à l’OIC et son avancement; Les droits conférés par les jetons et le traitement comptable des fonds levés lors de l’ICO.

Pour la quasi-totalité des répondants, ce document signifiait également qu’il devait permettre l’identification de la personne morale responsable de l’offre, de ses dirigeants et fondateurs, ainsi que de leurs compétences. De plus, il pourrait faire l’objet d’un agrément accordé par l’AMF ou un établissement spécialisé.

Les Français vont dans la direction qui pourrait en faire la capitale mondiale des ICO ou comme disent les Français «la Capitale des ICO». Si le français est capable de réguler ce marché des ICO, cela pourrait conduire à un exemple pour le reste du monde.  

Les prochains projets de jetons dans le monde se tourneront-ils vers Paris pour leur prochain ICO? Faites-nous savoir votre point de vue sur le même.  

Pour suivre les mises à jour DeFi en temps réel, consultez notre fil d’actualités DeFi Ici.

PrimeXBT

Mike Owergreen Administrator
Sorry! The Author has not filled his profile.
follow me
Like this post? Please share to your friends:
Adblock
detector
map